L'autisme n'est pas une maladie mais une richesse de la neurodiversité humaine.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Josef Schovanec

Aller en bas 
AuteurMessage
BenKoh
Ado Aspie
Ado Aspie
BenKoh

Messages : 107
Date d'inscription : 06/11/2018

Josef Schovanec Empty
MessageSujet: Josef Schovanec   Josef Schovanec I_icon_minitimeMar 4 Déc - 15:49

Josef Schovanec


Josef Schovanec, né le 2 décembre 1981, de parents tchèques, à Charenton-le-Pont, est un philosophe, écrivain français et voyageur autiste, militant pour la dignité des personnes autistes.

Après une scolarité difficile, il obtient une maîtrise à Sciences Po Paris, puis un doctorat en philosophie et sciences sociales à l'EHESS.

Il est hyperpolyglotte, puisqu'il parle plus de sept langues dont le persan, l'hébreu et l'amharique. Il découvre d'autres cultures et partage ses découvertes pendant, entre autres, sa chronique sur Europe 1, « Voyages en Autistan ». Il est l'auteur de quatre ouvrages biographiques et récits de voyages abordant la question de l'autisme, dont son autobiographie Je suis à l’Est !. Il réalise aussi des traductions, et tient des chroniques écrites et orales lors d'émissions de radio.

Il joue un rôle récurrent dans la série télévisée française Vestiaires, depuis la 4e saison.

Depuis 2007, Josef Schovanec donne de nombreuses conférences et des formations dans le domaine de l'autisme. Connu pour sa voix particulière, son sens de l'humour, sa politesse, sa franchise et sa logique, il témoigne souvent, lors de ces rencontres, sur ce qu'il vit et observe en tant que « personne avec autisme ». Il est présenté par certains journaux et auteurs comme l'un des porte-paroles de l'autisme en France, mais témoigne lui-même qu'il « ne représente personne » et a endossé ce rôle malgré lui.

Il se positionne en faveur d'une société plus inclusive pour les personnes autistes et souligne les bienfaits du voyage. En tant que docteur en sociologie et philosophie, il étudie notamment les phénomènes de croyance.

Point de vue sur l'autisme

Josef Schovanec déclare assimiler l'autisme à « une manière différente d'être », et non à « une pathologie qui se guérit avec des comprimés ». Il souhaite que « les personnes avec autisme », selon sa formulation, puissent être réellement prises en compte « comme personnes » et non comme des malades, des handicapés ou des psychotiques. Il s'interroge sur l'exclusion des personnes qui s'écartent de la norme. Le psychanalyste Hervé Bentata estime que son témoignage « se démarque avec force des portraits-robots de l’autisme ».

Il se déclare effaré par ce qu'il a vu en visitant les hôpitaux psychiatriques français et les établissements belges qui accueillent les personnes autistes. Il souhaite que ces personnes puissent avoir une place dans la société et bénéficier d'une qualité de vie correcte. Il témoigne d'avoir croisé plusieurs personnes autistes à la rue malgré leurs capacités (par exemple pour les langues) et dénonce leur taux de suicide ainsi que l'absence d'étude sur l'espérance de vie des personnes avec autisme66. Il dénonce aussi un amalgame « fantasmé » et fréquent entre l'autisme, la violence et les comportements inappropriés. Il ajoute que « les personnes avec autisme se fatiguent beaucoup plus vite que les autres parce qu'elles doivent mener simultanément beaucoup de tâches de front. On parle parfois de double, ou de triple cursus pour l'enfant avec autisme à l'école, qui doit non seulement apprendre le français et les maths, mais également les codes sociaux. » Il explique avoir pris conscience que son handicap puisse être également un avantage durant les examens de mathématiques, qu'il terminait beaucoup plus vite que ses camarades de classe.

Selon lui, le « spectre de l'autisme » n'a pas de délimitations ni de compartiments, et « il ne faut pas apposer des étiquettes sur le front des gens ». Ainsi, il met en doute son diagnostic de « syndrome d'Asperger » en raison de son retard de langage, « qui ne cadre pas très bien avec le syndrome d'Asperger », précisant que « de nombreuses personnes définies comme Asperger avaient au départ un profil beaucoup plus lourd ».

Dans son ouvrage Je suis à l’Est !, il dénonce — « non sans pertinence », selon le psychanalyste Jean-Claude Maleval — des « techniques psychanalytiques inappropriées », mais regrette aussi la « guéguerre » qui sévit en France entre les psychanalystes et les « anti-psychanalyse », qu'il estime dans l'ensemble être nuisible aux personnes avec autisme. Il évoque avec humour la période où il était placé sous « camisole chimique », sans rancune contre les professionnels de santé qu'il a vus, seulement contre ceux « qui ne veulent pas savoir et refusent d'avancer ». Il s'oppose au packing, qu'il qualifie de « pratique moyenâgeuse » et d'« atteinte grave aux droits de la personne ». L'autisme peut selon lui être reconnu « comme miroir de la société, de ses enjeux et de ses problèmes ».

D'après Olivia Cattan, ses conférences « pleines d'humour » ont permis d'émettre un doute quant à certains clichés, notamment celui qui décrit les personnes autistes comme étant enfermées dans une « petite boîte ».

Selon les déclarations de Yannick Pinard, ancien éducateur spécialisé en art-thérapie et auteur d'un essai sur l'éducation et le soin spécialisé, Josef Schovanec est apprécié en qualité de porte-parole par certaines personnes diagnostiquées comme autistes en France. Cependant, il déclare « ne représenter personne » et avoir endossé ce rôle « malgré lui ». Par ailleurs, il n'a aucune charge associative dans le domaine de l'autisme. Ses centres d'intérêts sont l'Histoire et les langues anciennes, non l'autisme : « […] l'autisme n'est pas une passion personnelle, je lis très peu sur ce sujet. Je raconte des petites histoires, celles de mes amis, les miennes »


Point de vue sur le voyage

Josef Schovanec est « presque tout le temps en voyage ». Partisan des bienfaits thérapeutiques du voyage, il estime que les personnes autistes peuvent, ailleurs, se sentir enfin comme les autres :

« Le voyage, mieux que nulle autre thérapie, rend obsolètes les traumatismes passés. Vous vous sentez moche ? Peut-être faites vous même partie avec moi des gens peu favorisés par Dame Nature ? Peu importe. Ce qui passe ici pour un défaut pourra devenir une qualité ailleurs. »

Il se prononce en faveur du nomadisme, et estime que le gain de la société occidentale en confort matériel s'accompagne d'une perte de la capacité à apprendre des langues et à accueillir les autres. Il évoque le décalage perçu dans l'association entre la vision populaire de l'autisme (des personnes enfermées dans des bulles) et le voyage, précisant que les personnes autistes ne voyagent pas en suivant les circuits habituels. Il a visité de très nombreux pays (Iran, Ouzbékistan, Irlande, Chine…), généralement en solitaire. Il déclare avoir commencé à voyager grâce aux langues qu'il a apprises, et par certitude de ne rien avoir à perdre, alors qu'il ne trouvait pas sa place en France.

Ouvrages:

"Je suis à l’Est ! : Savant et autiste, un témoignage unique" Plon, 2012
"Éloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez" Plon, 2014
"De l'Amour en Autistan" Plon, 2015
"Voyages en Autistan : Chroniques des Carnets du monde" Plon, 2016
"Voyages en Autistan : Chroniques des Carnets du monde, saison 2" Plon, 2017
"Je cuisine un jour bleu : Gourmets autistes, recettes et témoignages" Terre vivante, 2018
"Nos intelligences multiples" éditions de l'Observatoire, 2018


Revenir en haut Aller en bas
https://autismeasperger.forumactif.com
 
Josef Schovanec
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Bulle Asperger :: Les Autistes et la Culture :: Les Personnalités Médiatiques Autistes-
Sauter vers: